Arlésienne ou piste sérieuse ? Il y a un mois, la notion d’Hypercar LMP1 en WEC a déjà été soulevée de la bouche du Team Manager Philippe Sinault.

Apparement le sujet est pris très au sérieux chez Alpine avec l’échéance de fin de la super saison du WEC. Pour l’instant, les décisions du constructeurs sont suspendues aux prises de positions concernant le règlement.

Philippe Sinault plutôt loquace ce moment se confie :

« Les ventes de la nouvelle Alpine dépassent nos attentes, les choses s’annoncent vraiment bien. Nous nous battons au Mans pour le titre LMP2 ce week-end, et le LMP1 pour Alpine en 2020 est tout à fait possible. La course au sommet fait partie de l’ADN de l’entreprise. Cela dépendra de ce qui a été annoncé cette semaine. Si nous sommes admissibles au nouveau règlement LMP1, nous y serons certainement. »

www.racer.com

Tout porte à croire que les discussions vont bon train avec l’ACO. L’organisation a toute les raisons d’écouter les demandes d’Alpine. A la fois pour le renouveau de la catégorie (ex GT1) et pour relancer l’intérêt des constructeurs pour l’endurance.

Nicolas Lapierre, actuel pilote Platinum au sein du team, ajoute:

« J’adorerais conduire un Alpine LMP1. Cette marque a une histoire au Mans, et ce serait génial qu’ils puissent revenir dans la catégorie supérieure. Nous sommes impatients de voir le nouveau règlement. Nous en saurons plus vendredi, et j’espère qu’il répondra aux attentes d’Alpine et soutiendra son retour à la LMP1. »

www.racer.com

De nombreux observateurs s’attendent maintenant à ce que l’ACO réaffirme son engagement en faveur d’une certaine forme de réglementation  » Hypercar  » révélée lors des 24 Heures du Mans l’année dernière.

Toyota a clairement indiqué qu’elle était prête à s’engager publiquement, et de multiples sources indiquent qu’un programme impliquant Aston Martin et Red Bull Racing (maintenant liés en Formule 1) pourrait être révélé dans les prochains jours.

Le règlement LMP1 « Hypercar »

Dévoilé l’année dernière, il sera basé sur un système de « fenêtre de performance » impliquant les constructeurs à le respecter à la lettre. Le but étant d’assurer un maximum de spectacle et éviter le championnat actuel du type « Toyota et le reste du monde… »

Comme nous vous le disions dans notre précédent article, l’ACO va restreindre les essais en soufflerie et ainsi éviter toute standardisation des éléments esthétiques de la voiture.

Niveau motorisation, le groupe moto-propulseur devra peser au minimum 180 kg et une puissance max de 707ch (soit environ 520 kW). La « fée » électrique n’étant jamais bien loin, le système hybride développera 272ch (200 kW) sur les roues avant.

Nous vous passerons les détails concernant le reste de la règlementation visant à réduire drastiquement les coûts.

Toujours est il qu’Alpine affiche ses ambitions et sa volonté a quitter le LMP2 pour débuter une nouvelle aventure en catégorie supérieure. Vous comme nous rêvons de cette opportunité. Avec un engagement sportif aussi large, Alpine renouerait pleinement avec son héritage !