ANNEES DE PRODUCTION
1958 – 1965
NOMBRE D’EXEMPLAIRES
A108 « phares droits » : environ 300 exemplaires
A108 « phares englobés » : environ 1200 exemplaires
En 1958, Alpine va utiliser de nouvelles variantes moteurs (845 cc & 904 cc) sur base de Dauphine. Ces voitures auraient pu s’appeler Alpine A109 du fait de la mécanique de la Dauphine (type R1090 et suivants). Ainsi, elles seront en fait désignées A108.

Certainement parce qu’elles conservent en grande partie la carrosserie de l’A106
Michelotti va dessiner une version cabriolet. C’est pourquoi Alpine va proposer également un coupé sport qui est en fait un cabriolet avec un hard top soudé.

La plateforme de la 4CV, pas assez rigide pour un cabriolet, est remplacée par un châssis poutre en treillis.
Cette technologie qui sera utiliser pendant des années sur la gamme Alpine apparaît sur le cabriolet A108 et sur le Coupé Sport.

À partir du début des années 60, les Alpines ne seront plus Parisiennes mais Dieppoises.
Jean Rédélé va ouvrir son usine avenue Pasteur à Dieppe.

Cette usine est plus grande et plus moderne que le petit atelier de la rue Forest. Cette nouvelle usine va également permettre d’arrêter la collaboration avec les frères Chappe.

La première berlinette, l’A108 « Tour de France » est une extrapolation du Coupé Sport et reçoit bien évidemment le fameux châssis poutre.

Déclinaisons:
– Cabriolet
– Coach 2 places
– Berlinette
– Coupé 2+2

Moteur
Moteur : 4 cylindres en ligne
Cylindrée : 845 / 904 / 998 cm³
Position : Porte-à-faux AR
Puissance Maxi : 237 / 53 / 70 ch
Vitesse Maximale : 145 / 153 / 185 km/h
Transmission
Type : Propulsion
Nb de vitesses : à 4 et 5 rapports
Dimenssion
Poids annoncé : 600 Kg
Longueur (mm) : Coach : 3 700 / Berlinette : 3 780
Largeur (mm) : Coach : 1 450 / Berlinette : 1 450
Hauteur (mm) : Coach : 1 270 / Berlinette : 1 120
806080fec4682124b3a7bf4ab83dd2e7JJJ