C’était hier, à l’usine de Dieppe  que la nouvelle Alpine 110 était présentée aux salariés de l’usine de Dieppe. Il est évident que les salariés en charge de la préparation de la production connaissent déjà la nouvelle auto. Mais il est important de rappeler que l’usine de Dieppe fabrique actuellement la dernière Clio 4 RS récemment restylée et les autos compétitions de Renault Sport.

Après une présentation à Genève, le fief Alpine se devait d’avoir un évènement particulier. Ainsi, c’est ce lundi 10 avril, les employés de l’usine historique vivent un moment chargé d’émotions. Dernier modèle en date l’Alpine A610 s’était éteinte en 1995 dans l’anonymat le plus total.

Les réactions sont vives du côtés des salariés Alpine:

« On n’aurait jamais imaginé ça il y a trente ans »

La production de pré-séries a commencé de puis quelques semaines pour des tests qualités. Comme en témoigne ses nombreuses apparitions avant la présentation officielle. Dès que les modèles de pré-séries seront validés et les corrections nécessaires à la productions apportées, Alpine commencera la fabrication en premier lieu des 1955 exemplaires de la série limitée « Première Edition » dans quelques mois et la livraison pour la fin de l’année. L’activité s’en ressent du côté de l’usine avec un effectif porté à 500 salariés.

Parmi les personnalités présentent,  André Desaubry, Président de l’Association des Anciens d’Alpine se confie à la présentation de la nouvelle A110:

« C’est une Berlinette du 21e siècle ! J’ai vu qu’ils avaient mis une petite baguette sur le capot qui rappelle la Berlinette puisqu’elle est sortie avec une baguette. Ça me fait un petit choc au niveau de la poitrine, c’est merveilleux ! On vit une ambiance qu’on n’aurait jamais imaginée il y a trente ans de ça », sourit-il.

Et effectivement, après l’arrêt de la fabrication des Alpine en 1995, la marque semblait au point mort. La voir renaître de ses cendres avec cette nouvelle A110, c’est donc beaucoup de fierté pour Mickaël, 28 ans. Il a fait son apprentissage à l’usine et vient de revenir depuis le mois de mars.

« C’est vraiment une opportunité de pouvoir relancer une marque, ce n »est pas donné à tout le monde ! Et ça fait vraiment quelque chose de dire qu’Alpine renaît. L fait d’y contribuer, c’est vraiment un pur bonheur ! »

Pour Michael van der Sande, le directeur général d’Alpine, cette présentation était un point essentiel pour le « Team Building ».

« C’est un très grand moment parce qu’on vient de présenter la voiture à Genève auprès du grand public mais on n’avait pas encore eu l’occasion de la montrer aux collaborateurs pour qu’ils puissent voir l’A110 dans sa version finale. Il la voient passer tous les jours mais là ils peuvent admirer la Première édition dans sa version terminée et je suis sûr que tout le monde est très fier. »

Le Directeur Général est sensible à cette journée hautement symbolique pour le site de Dieppe:

« Dieppe c’est LE lieu historique d’Alpine et cette usine l’incarne complètement. Et ce n’est pas uniquement les gens qui travaillent ici, c’est aussi Dieppe même, toute l’histoire qui va avec et franchement je ne peux pas imaginer Alpine sans cette histoire. C’est pour ça qu’on a décidé très tôt que la nouvelle Alpine devait être fabriquée ici et je suis très content de ce choix. »

Et enfin, en plus cette présentation de la nouvelle auto, Michael van der Sande n’était pas venu seul. Trois membres de l’équipe Signatech-Alpine étaient présents avec Nelson Panciatici, Matthew Rao et Pierre Ragues à l’usine Alpine à Dieppe, ce lundi dernier. A la clé une séance de dédicaces avec les salariés de l’entreprise, ainsi le lien entre la série et la compétition se renforce !

Depuis près de cinq ans sur la voiture A470 (numéro 35), Nelson Panciatici a remporté l’European Le Mans Series (épreuve phare des 24 h du Mans) en 2013 et 2014. La première année, il courait déjà aux côtés de Pierre Ragues, son coéquipier actuel. Prochain rendez-vous pour les deux hommes : la première manche du championnat du monde, qui aura lieu à Silverstone, en Angleterre, début mai. Ils participeront ensuite aux 24 h du Mans, le 17 juin. Matthew Rao, de son côté, court sur la deuxième A470 de l’équipe, (numéro 36). Pour lui, le championnat du monde débutera ce week-end, au même endroit.

L’A470 numéro 35 était à l’usine hier, de sorte à « s’alpiniser un petit peu », comme l’a souligné Bernard Ollivier, directeur adjoint de la société. Et son pilote, Nelson Panciatici vient, lui aussi, à Dieppe, une fois par an.

Source: France Bleu / Paris Normandie

id vel, Nullam quis dictum non ante. odio adipiscing Donec consectetur