Alerté ce jour par nos fidèles lecteurs (que nous remercions au passage), Alpine a procédé a un nettoyage de printemps quelque peu anticipé qui ne va pas être au goût des Alpinistes. Le 27 février 2015, à l’occasion de l’inauguration de ce nouveau centre « Alpine Pièces Compétition », Alpine avait fait part de son intention de relancer l’activité pièces de rechange destinées aux véhicules historiques de collection. Avec l’éventualité de refabriquer certaines pièces ou éléments bien trop rares. Des contacts ont bien été pris auprès des clubs Alpine pour faire connaître leurs besoins.

alpine pièces compétition martin eglise

Alpine Pièces Compétition

Cette belle initiative fût lancée par Martial Macron, employé chez Renault Sport Technologies. Courant l’été 2015, Monsieur Macron avait confirmé que son service était en train de préparer de nouvelles pièces mais il cherchait toujours des partenaires capables de les fabriquer. Les Clubs en questions nous ont confirmé avoir été contacté par Alpine afin de faire un point sur les demandes de pièces les plus récurrentes. Et malheureusement la démarche n’ira pas plus loin.

Monsieur Macron a continué à proposer les pièces encore en stock par téléphone (pas de boutique en ligne) ou passer par certains concessionnaires Renault connaissant le processus de commande. Une belle initiative, tenue à bout de bras par un homme. Rien de bien établi, un stock plutôt pauvre mais qui a le mérite d’exister. En fin 2016, une opération éclaire proposait des boites de vitesses neuves (de compétition) destinées aux Berlinettes pour la modique somme de 15 000€. Le prix n’a pas empêché les clients de dévaliser stocks en peu de temps.

Le stock vendu, une partie de l’histoire d’Alpine s’éteint

Aujourd’hui, en 2017, Martial Macron annonce a un fidèle client que le stock de pièce a été vendu. Renault Sport Racing en charge du stock de pièces comprenant le département Alpine Classiques, sur décision de sa hiérarchie a vendu une importante partie du stock de pièces à la société Beta Epsilon basée dans la Sarthe. Ils sont fournisseurs d’éléments de carrosseries pour les Formules Renault. Le rôle de la société n’est pas clairement identifiée, soit elle va utiliser le stock afin de créer tous les moules pour la refabrication des pièces concernée ou la revente simple du stock acquis.

Les raisons de changement de stratégie est probablement à mettre sur le compte de la rentabilité. Un chiffre qui a dû être estimé trop faible à la vue de l’investissement nécessaire. Mais n’est ce pas le prix à payer pour protéger son patrimoine ?

Au sein d’Alpine Planet, nous rêvons d’un Alpine Héritage permettant de faire cohabiter un Alpine Historique et la nouvelle marque qui est en train de renaître. Nos amis Britanniques (Jaguar) et Allemand (Porsche, Mercedes, etc…) ont pas mal de chose à nous apprendre à ce sujet ! Ce dispositif passerait par des ateliers spécialisés, refabrications de pièces, remise en conformité origine de véhicules, etc… Et même pourquoi pas la refabrication de certains modèles !

Les modèles avant la GTA, les plus touchés

Pour les modèles d’Alpine GTA et A610, un grand nombre de pièces se retrouvent sur d’autres modèles du côté de la Régie. Pour nos amis puristes, cela ne sera pas toujours une fierté de se fournir sur un simple modèle Renault mais la tâche sera quelque peu plus aisée. Pour les pièces Alpine spécifiques et modèles antérieurs à la GTA, les recherches sont plus complexes. Il faut faire jouer un réseau de connaisseurs (garagistes, clubs, etc…) et l’autre solution est de grouper des commandes via des groupes afin de « séduire » une entreprise qui voudra bien entreprendre un refabrication avec un volume minimum garanti.

Heureusement, certains spécialistes renommés dans le milieu s’assurent de satisfaire les propriétaires d’Alpine tels que Mecaparts, GBS, SIMON, etc…

Alpine est dans une situation étrange, jamais elle n’aura été aussi proche de sa renaissance et elle décide de balayer une partie de son passé. Espérons que la suite pour Alpine et de son héritage sera une de leurs priorités. Il ne faut pas oublier que la renaissance a aussi était possible grâce aux collectionneurs, aux AAA (Association des Anciens d’Alpine) et aux Clubs.

Les gardiens du temple, ça se respecte…