A la fin de mois d’avril, nous étions convié à une livraison un peu spéciale d’une Alpine A110 Première Edition.

Une livraison exceptionnelle à Dieppe en compagnie de Didier, heureux nouveau propriétaire accompagné d’amis et du Club Alpine de Dieppe.

Didier nous a conté sa journée qui restera gravé dans les mémoires…

Alpine Planet : Quel est votre premier souvenir d’Alpine ? D’où vient cette passion ?

Didier: Je suis né à Dieppe donc  mes premiers souvenirs sont bien sur avec la Berlinette, elle est née en 1962 la même année que ma petit sœur, j’avais 6 ans ! Je ne suis pas certain que je réalisais à l’époque qu’elle était fabriquée à Dieppe mais j’adorais la voir passer (j’adore toujours d’ailleurs) A cet âge là, j’ai des souvenirs très net de moi jouant avec mes petites voitures et reproduisant inlassablement des courses ou Jim Clark partait en tête et n’était jamais rejoint.

A l’époque j’avais pas mal de petites voitures et j’adorais les prototypes du Mans dont les  splendides carrosseries de Monsieur Hubert. L’indice de performance était alors très important et la radio ou la télé en parlait comme de vraies victoires ce qui m’a fait retenir le nom d’Alpine.

J’ai commencé à vraiment me  passionner pour le sport auto en 1970 suite à une visite à chez des cousins à Pau. Ils avaient des revues auto (champion, sport auto), j’ai alors découvert tout un univers de pilotes héroïques et d’ingénieurs fous et c’était parti, ça ne m’a jamais quitté depuis.

Mes meilleurs souvenirs Alpine adolescent, c’est l’écoute de la nuit du Turini sur RMC avec Bernard Spindler, un régal !  j’ai suivi l’épopée 71, 72, 73, le titre, les mousquetaires, Andruet, Nicolas, Darniche et Therier avec leurs styles et leurs rivalités. Ma chambre était couverte de posters

AP : A quel moment avez-vous décidé de sauter le pas pour acheter la nouvelle A110 ? Dès sa présentation ?

Didier: Absolument,  j’avais trop de regret de n’avoir jamais cédé à la Berlinette,  il n’était pas question pour moi de ne pas avoir une Alpine dès que l’occasion et mes finances me le permettraient. Certaines ébauches ou projets vus dans la presses m’avais déjà séduit, mais dès que j’ai vu la ligne définitive, l’affaire était entendue, Le look et les gènes originaux sont là et en plus on a la modernité et le confort pour un prix qui reste raisonnable, donc pas d’hésitation

 

AP : Cette livraison à Dieppe était plutôt inattendue non ? Quel effet cela vous fait d’être le premier propriétaire livré à Dieppe ?

Didier: La surprise était magnifique ! Tout le monde à jouer le coup à la perfection, Stéphane a su fédérer tous les acteurs et je n’ai réalisé qu’une fois face aux 6 Alpines du CAD encadrant une superbe forme sous sa bâche noire !

J’avoue que c’est un  honneur et une grande fierté d’être le premier livré à Dieppe dans le cadre sublime de l’hippodrome et à deux pas de l’usine. Réussir à obtenir le châssis numéro 60 comme la Célébration et être livré à Dieppe, je ne pouvais rêver mieux !

AP : Vos premières impressions à son volant ? Respect de l’héritage réussi ?

Didier: Oui tout à fait, j’ai un peu conduit la Berlinette, avec la l’A110 PE on à tout de suite cette même impression de légèreté, de maniabilité et on est en prise directe avec le moteur, quelle sonorité en mode sport !

Pour l’avoir conduite sur le Bugatti, j’avoue que la limite semble assez difficile à atteindre, au moins en mode Sport, tant elle semble rivé au bitume, seul le freinage m’a semble manquer de mordant.

Je rentre de Bretagne et j’avoue que ma femme et moi sommes bluffés par sa polyvalence et son confort avec le plaisir procuré par les accélérations et sa vivacité.  On est donc bien dans une auto du 21ème siècle

J’ai fait essayer la voiture à mes parents (95 et 88 ans), ils en redemandaient !

AP : Quelles sont les réactions des passants à son volant ? Fait-elle tourner les têtes et/ou réagir ?

Didier: Il y a vraiment un effet Alpine ! J’ai maintenant beaucoup d’amis au bord des routes. C’est juste incroyable de voir les gens s’arrêter pour voir passer l’auto, sortir les portables, lever les pouces et venir discuter. Une anecdote savoureuse, lors de l’un des mes premiers trajets, je m’arrête à un passage piéton pour laisser passer un vieux monsieur qui pousse doucement son déambulateur, et bien au milieu de la traversée, il s’arrête, me regarde et lève le pouce avec un grand sourire, avant de reprendre sa lente marche !

Inutile de vous dire qu’à Dieppe comme en Bretagne, le moindre arrêt ou séance photo a donne lieu à rassemblement, questions, témoignages et souvenirs tant des hommes que des femmes et quelques soit leur âge !  C’est un vrai plaisir de partager ces instants et de voir leurs yeux qui brillent  Quand on entend dire que les français n’aiment plus l’automobile, quelle blague !

AP : Au sein du Club Alpine dont vous faites partie, quel a été l’accueil de cette renaissance et la présence de la nouvelle A110 ?

Didier: Très bon. Notre Président n’est pas passéiste et bien au contraire j’ai été accueilli à bras ouverts, même si je n’avais pas de voiture à leur montrer ! Tous les membres que j’ai côtoyés apprécient le renouveau de la marque et reconnaissent que le travail fait reste dans l’esprit Alpine de Mr Rédélé. Bien sur, beaucoup préfèrent leur anciennes et comme je les comprends, mais il n’a pas les anciens d’un côté et les nouveaux de l’autre, le CAD est une famille, ils me l’ont largement démontré lors de la livraison de ma PE. J’ai hâte maintenant de rouler avec eux !

Merci à Didier de nous avoir livré ce témoignage et nous te souhaitons bonne route !

Nos remerciements à Stéphane Louvel et à Alpine Experience Center Mantes-Le Vexin pour leur accueil.

sed commodo dictum luctus id accumsan in neque.