fbpx

En cette chaude période estivale, je vous propose aujourd’hui de revenir un mois en arrière sur un événement majeur et historique dans la relance et la renaissance de la marque Alpine

Les 1er et 2 juin dernier se tenait la première manche de l’Alpine Elf Europa Cup sur le très beau circuit du Paul Ricard dans le cadre du rassemblement des Blancpain GT Series.

 

L’Europa Cup n’est pas un nom au hasard. Au lancement de l’Alpine GTA, Renault prévoit une formule monotype en ouverture des Grands Prix de Formule 1. La course sera nommée L’Europa Cup Renault Elf composée d’Alpine GTA V6 Turbo en configuration course tout en gardant une grande majorité des pièces de série. 4 ans durant, l’Alpine Europa Cup va fouler les plus beaux circuits de Formule 1. Cette version spéciale de l’Alpine GTA sera produite à 69 exemplaires à Dieppe dont quelques-unes seront immatriculées.

Et c’est ainsi que se présente la nouvelle Alpine A110 Cup. Une voiture dédiée au circuit dans le cadre d’une compétition monotype mélangeant pilotes professionnels et gentlemen drivers.

 

Le Team CMR qui engage trois voitures dans cette compétition m’a proposé de venir découvrir et vivre cet événement de l’intérieur.

Je vous emmène donc pour une journée au cœur d’un team qui compte sur l’alpine A110 de la version CUP à la version GT4 ; cette dernière fera ses débuts au circuit de Dijon les 13,14 et 15 juillet prochains dans le championnat GT4 France.

🔴🔴🔴🔴🔴

🔴🔴🔴🔴🔴

🔴🔴🔴🔴🔴

🏁🏁🏁🏁🏁

Arrivé de bonne heure à l’entrée du circuit, il y a déjà beaucoup de monde en attente de pouvoir accéder au circuit. Le sésame « média » en poche, je peux accéder en avance aux nouveaux parkings du circuit construit à l’occasion du grand prix de F1 qui aura lieu deux semaines plus tard.

Il est 8h30 et j’arrive tout juste pour couvrir la seconde séance de qualification. La première ayant eu lieu hier. Pierre Sancinéna et Vincent Beltoise sont les grands favoris de la journée et appartiennent tous les deux au Team CMR.

Les pilotes se préparent et enfilent leurs combinaisons spécifiques et communes à tous les pilotes dont la livrée est presque identique à celle que porte les pilotes du Team Signatech Alpine en FIA WEC.

Les mécaniciens du Team CMR sont aux petits soins avec les voitures et les pilotes. Même si les voitures sont identiques sur le principe, les équipes ont un panel de configurations possibles très large, principalement concentrées sur le châssis et les suspensions.

L’A110 CUP en détail

 

Pour rappel, la nouvelle Alpine A110 CUP a été développée en lien avec les ingénieurs ayant conçu la voiture de série. Signatech a conçu la version compétition avec un objectif principal : procurer un maximum de plaisir aux pilotes, qu’ils soient débutants ou confirmés.

Avec un châssis rigoureux, un moteur de 270 ch pour 1050 kg (3,9 kg/ch), un niveau de sécurité sans compromis et une électronique embarquée digne d’un prototype d’Endurance, l’Alpine A110 Cup promet efficacité et performance.

Fabriquée par l’usine Alpine de Dieppe, la monocoque de l’Alpine A110 Cup est modifiée pour adapter la géométrie de suspension, réduire la hauteur de caisse (-40 mm), offrir des points d’ancrage à l’arceau-cage et adapter la rigidité aux contraintes de la compétition, notamment le niveau d’adhérence procuré par les pneus slicks. La conception a été assurée dans le cadre d’un partenariat entre Signatech et Renault Sport Racing, qui a apporté son expertise et ses moyens de calcul au projet.

Dans le compartiment moteur, ces modifications se traduisent par le montage de longerons spécifiques. Reliées à la partie arrière de l’arceau-cage, ces magnifiques pièces en aluminium taillé dans la masse permettent de relever le point d’ancrage des triangles supérieurs. Les triangles inférieurs sont fixés sur les deux demi-berceaux mécano-soudés supportant le groupe motopropulseur.

À l’avant, ces modifications se traduisent par le montage d’un berceau mécano-soudé et de platines de fixation pour les triangles supérieurs.

Fournis par Öhlins, les quatre combinés ressort-amortisseur sont réglables en compression et détente.

Comme la voiture de série, l’Alpine A110 Cup est équipée de pneumatiques Michelin. Les enveloppes slicks ou sculptées sont conçues pour offrir le meilleur rapport entre performance et longévité.

Les qualifications

Les qualifications sont maintenant lancées et les Alpine sont en chasse du meilleur chrono. Comme attendu Pierre Sancinéna et Vincent Beltoise se dispute la pôle position à chaque tour jusqu’à un résultat final en faveur du pilote normand au volant de l’alpine 76. L’écart entre les deux premiers chono n’est que de 36 millièmes. Un véritable festival pour le public et le team CMR qui voit deux de ses 3 pilotes aux deux premières positions !

D’ailleurs, j’en profite pour vous présenter Gregory Romano, le pilote Gentleman du Team CMR ; il est au volant de la numéro 33 appartenant à GhostRider Racing. L’Alpine Elf Europa Cup est constituée de 3 catégories en fonction de l’âge des concurrents. Il y a donc 3 classements différents par course et Grégory, même s’il arrive dans le sport automobile plus tard que ses copains de jeu, compte bien gagner un maximum de points dans sa catégorie. Ainsi, le fait d’appartenir à la même structure du Team CMR que Vincent et Pierre lui permet de profiter de l’expertise acquise et des meilleurs réglages afin de progresser et d’aller chercher de bonnes places dans la course. Pour cette manche d’ouverture de l’Alpine Europa Cup, Grégory ROMANO affiche des ambitions raisonnables, mais bien réelles. Les essais de pré-saison et le Prologue à Nogaro lui confèrent un temps de roulage suffisamment sur l’Alpine A110 Cup pour roder l’équipe et le mettre en confiance. Maintenant, il ne s’agit plus d’essais, mais de course, aussi chacun va montrer son vrai potentiel. La première journée d’essais libres et la première séance de qualification se sont avérées positives avec une amélioration régulière et une jolie marge de progression qu’il confirmera en course.

Place maintenant à la course

L’ascenseur émotionnel

La course est lancée sous un beau soleil, la piste commence à bien chauffer ce qui rajoute de la complexité à l’exercice. On ressent la tension dans les yeux des pilotes.

Me retrouver sur la piste, voir les voitures s’aligner et pouvoir remonter la grille de départ comme pour un grand prix de F1 renforce le sentiment de vivre quelque chose de fort comme tous les passionnés de la marque qui s’apprêtent à suivre la course en live sur internet ou directement depuis la terrasse du Castellet.

La course s’élance après un tour de formation dans un départ lancé et Pierre Sancinéna suivi de près par Vincent Beltoise s’échappe rapidement. Dans les stands, les mécaniciens, les ingénieurs et Charly, le responsable du team CMR scrutent les écrans de contrôles afin de suivre l’évolution des trois voitures. Sur un format de 30 minutes, il n’y a pas d’arrêt au stand ce qui donne rapidement à la course une forte intensité.

Après avoir signé la première pôle position de la saison vendredi soir, Pierre Sancinéna (CMR) maîtrisait parfaitement le départ lancé pour virer en tête devant son équipier Vincent Beltoise. Sylvain Noël (Racing Technology) conservait la troisième place devant Nicolas Milan (Milan Compétition) et Laurent Hurgon (Autosport GP) qui débordait d’emblée Eric Hélary.

Les quatre premiers restaient roues dans roues lors des premiers tours, décrochant le duo Hurgon / Hélary en pleine explication. Parti dernier après être sorti de la piste lors des essais et n’ayant pas eu le temps de réparer pour les qualifications, Jean-Baptiste Méla se frayait un chemin dans le peloton pour se hisser en huitième position.

Opposés dans une bagarre de tous les instants, Sylvain Noël et Nicolas Milan se laissaient progressivement décrocher. Milan finissait par trouver l’ouverture avant le cap de la mi-course.

Après vingt minutes, Vincent Beltoise produisait son effort pour combler les quelques longueurs perdues sur Pierre Sancinéna. Les derniers tours s’annonçaient haletants, d’autant que Jean-Baptiste Méla poursuivait sa remontée. Après avoir passé Thomas Padovani (Milan Compétition) et Eric Hélary, il s’attaquait à Laurent Hurgon !

Dans l’avant-dernier tour, Beltoise portait une attaque lui permettant de passer en tête… pour quelques centaines de mètres, puisque Sancinéna n’avait pas dit son dernier mot et le repasse.

La bataille pour la première place fait rage et le spectacle est clairement au rendez-vous pour le plus grand plaisir des passionnés, jusqu’au dernier tour …
Les deux hommes passant sur la ligne de chronométrage quelques secondes avant le cap des trente minutes, un dernier tour offrait une ultime opportunité de changer la donne. Mais ces kilomètres supplémentaires ont été fatals à Vincent Beltoise. En une fraction de seconde la voiture de Vincent Beltoise disparaît des caméras qui retransmettaient une magnifique bataille. Stupéfaction dans le stand où le team tente de comprendre ce qui se passe avec le pilote.

Malheureusement c’est l’abandon pour Vincent Beltoise.

Pierre Sancinéna franchit la ligne d’arrivée avec une avance qui se compte en dizaines de secondes et devient le premier pilote à remporter le nouveau millésime de l’Apine Elf Europa CUP. Une belle victoire qui permet au team CMR de se positionner comme équipe de pointe dans la complétion. Charly accompagne Pierre Sancinéna sur le podium en tant que responsable du Team. Une belle occasion pour entendre la Marseillaise retentir en Provence.

Pierre Sancinéna

« La première course a été très serrée avec Vincent. Nous avons joué au chat et à la souris, mais il s’est rapproché dans les derniers tours, car mes pneus arrières se dégradaient et je glissais dans tous les virages. Nous nous sommes dépassés à plusieurs reprises, c’était une belle bagarre, car c’est resté très propre. C’est dommage qu’il ait eu un problème technique, car j’aurais aimé partager ce podium avec lui. »

Pierre Sancinéna s’imposait donc avec une large avance sur Nicolas Milan, qui avait dû lutter jusqu’au bout pour résister aux assauts de Sylvain Noël. Jean-Baptiste Méla héritait de la quatrième place devant Thomas Padovani, Marc Sevestre, Grégory Romano (4ème du classement Gentleman) et Pierre Macchi.

Plus de doute, cette journée a réellement goût historique.

Retour au stand pour toute l’équipe afin de comprendre ce qui a empêché Vincent Beltoise de se battre pour la victoire dans la première course. Après inspection, il se révèle que c’est une panne sèche due à une surconsommation exceptionnelle et anormale de la voiture. Dans les stands tout le monde s’affaire à préparer la voiture en vue de la seconde course.

Chaque détail compte, les ingénieurs analysent les données recueillies sur chaque véhicule. On vérifie et on apporte les derniers ajustements afin d’améliorer le comportement de l’A110.

Un beau spectacle pour tous les passionnés ayant fait le déplacement qui peuvent venir contempler et immortaliser cette A110 cup.

Une revanche pour Vincent Beltoise

Également poleman pour la seconde course du week-end, Pierre Sancinéna était débordé dès les premiers mètres par Vincent Beltoise et Nicolas Milan. Le vainqueur de la course 1 parvient tout de même à conserver la troisième place. Mais un souci électronique sur la boîte de vitesse l’oblige à abandonner après deux tours. En effet, la boîte s’est bloquée et a empêché Pierre Sancinéna d’égrainer les rapports au delta de la troisième vitesse. Gregory Romano a également été impacté par ce problème, mais sa position sur la grille lui a été plus favorable, lui a permis d’exécuter une réinitialisation complète de la voiture avant de s’élancer dans la course.

Pendant que les écarts se creusaient au sein du peloton, certains duos de pilotes animaient la course, à l’instar de Pierre Macchi (Autosport GP) et Grégory Romano (CMR) en bagarre pour la 12ème place.

Vincent Beltoise effectue la course en tête et ne lâche plus la première position. Il se permet même le luxe de creuser l’écart avec le second et franchi brillant la ligne d’arrivée prenant ainsi sa revanche suite à sa mésaventure de la première course.

Une occasion supplémentaire d’écouter la Marseillaise et de goûter au champagne de la victoire.

« Je suis un peu déçu de prendre ma revanche en profitant d’un problème technique de mon équipier, mais j’apprécie tout de même beaucoup cette victoire ! La course a été assez tranquille, car j’ai réussi à creuser rapidement l’écart sur les autres. La voiture est restée constante d’un bout à l’autre et j’ai pris beaucoup de plaisir au volant. La saison est bien lancée, je crois que nous avons montré une bonne pointe de vitesse, mais c’est la régularité qui va primer cette saison. »

Le team CMR repart donc du Castellet avec le sentiment du travail bien fait, et deux trophées. Malgré la déception de ne pas avoir pu se battre dans la seconde course, Pierre Sancinéna reste positif et donne rendez-vous au Nürburgring. Une nouvelle manche qu’il a brillamment remportée les 22 et 23 juin derniers lui offrant la première place du championnat.

Le team CMR se concentre maintenant sur la fiabilisation de ses trois voitures engagées qui, rappelons-le sortent tout juste de chez leur constructeur. Le but est donc de sécuriser chacune des pièces et d’anticiper au mieux tous les cas de figures potentiels qui peuvent survenir dans la saison. Chaque course apporte son lot de difficultés et d’épreuves mais les résultats viennent récompenser aussi bien les pilotes que le Team qui a beaucoup misé cette année sur la renaissance de la marque au A fléché. Cet engagement se retrouve sur la préparation de leur deux nouvelles Alpine GT4 (dont le prototype a été révélé au dernier salon de Genève) qui devront se confronter à des GT4 de marques concurrentes dans les championnats GT4 France et Europe où l’écurie est engagée avec des pilotes tels que Soheil Ayari, Nicolas Tardif, Pierre-Alexandre Jean et Stéphane Tribaudini. Vivement la course de Dijon des 13-15 juillet prochains qui marquera le retour de l’A110 en compétition ouverte !