Alpine lance en 1985 son nouveau modèle, la GTA, qui est jugée trop « passe-partout » et manquant de caractère. Différents préparateurs se sont penchées sur ce problème afin de lui donner une ligne en rapport avec son caractère. Dans la plupart des préparations esthétiques, elles touchaient principalement les bas de caisse, ailerons et pare-chocs plus échancrés. Bien souvent, les éléments donnaient cette fâcheuse impression d’être rajouté et non pas parfaitement intégrés .

Il y a eu la GTA V6 turbo préparée par le Centre Alpine de Boulogne qui allait plus loin qu’une simple évolution esthétique; des améliorations moteurs et châssis étaient de la partie. Cette préparation bien spécifique sera abordée ultérieurement dans un article dédié.

Pour trouver la plus belle modification de la GTA, il faudra regarder du côté de nos amis Teutons ou l’on trouve le plus d’adeptes de la transformation de la carrosserie de l’Alpine. En particulier Hans Fleischmann, déjà réputé pour ses kits carrosseries et moteurs destinés à l’A310 V6.

Un second préparateur nommé Kleinemeir (moins connu), proposa lui aussi des kits de transformation pour la GTA.

Ce kit sera le plus marquant dans l’histoire de la GTA car il donnera en majeur partie les éléments modifiés de la version « Le Mans ».

Les modifications esthétiques principales:

  • Surtapis,
  • Planche de bord en cuir foncés
  • Seuil de portes signé « Le Mans ».
  • La face avant plus équilibrée, statutaire
  • Les clignotants intégrés bouclier
  • Les feux antibrouillards
  • Les ailes avant et arrière élargies

Jantes alliages ACT façon « BBS » avec faux écrou central:

  • Avant: 8×16″ avec Michelin MXX 205/45 R16 Z
  • Arrière: 10×17″ avec Michelin MXX 255/40 R17 Z
  • Boulier arrière plus enveloppant
  • Échappements ronds intégrés dans le bouclier

Trois couleurs proposées: Bleu Alpine 488, Rouge Imperial 570 et Vert Scarabée 592.

Grâce à Kleinemeir, la GTA est véritablement sublimée. Un caractère bien trempé qui faisait défaut au modèle d’origine. Ainsi, la GTA se différencie plus de la gamme Renault.

Cette GTA modifiée plaît tellement à Alpine qu’elle est présentée à Jacques Martin (PDG de l’usine Alpine). Le succès ne se fait pas attendre auprès de la Direction d’Alpine, elle sera soumise au service design de Renault. Patrick le Quément, responsable du service voit aussi en elle la version qu’il manquait à leur GT Dieppoise. Le feu vert est donné pour la lancer en production.

Le rôle d’Alpine va être d’adapter les outils fournis par le préparateur à une échelle industrielle. En un même temps, quelques menues modifications seront réalisées du fait de sa conception à l’origine plutôt artisanale et de sa mise en conformité pour son homologation. Alpine en profitera pour supprimer définitivement le logo Renault à l’instar du logo Alpine qui retrouve enfin sa place.

Si les corrections au niveau esthétiques furent salutaires, nous ne pouvons pas en dire autant côté mécanique. En 1990, tous véhicules commercialisés devront être catalysés, non sans conséquences au niveau du rendement. Il s’en suit une perte de 15 CV, la puissance totale tablant à 185 CV. La baisse de puissance sera d’autant plus difficile à digérer quand on sait que la Renault R25 V6 (du même bloque) s’élève à 205 CV. La berline haut de gamme plus puissante que la sportive du groupe… En France, c’est l’incompréhension, Alpine porte drapeau du groupe Renault devait retrouver son rang, La « Le Mans », sous sa plastique de rêve, se contente d’un moteur étouffé.

Dans les faits, la perte de puissance n’est pas très « sexy » au niveau commercial que sur celui des performances, car les différences pratiquement infimes. Il est à noter que les nouvelles roues arrière ont eu pour effet d’allonger la transmission. Les accélérations et reprises par rapport à la GTA Turbo seront en léger retrait.

L’usine Alpine décide de réagir en proposant un kit moteur développé par la société Danielson.

Les évolutions à la clé ?

Sa puissance de 210 chevaux et son couple s’élevant à 35 m.kg

Cette modification ne sera proposée que dans l’hexagone et est proposée à hauteur de 16 000 Fr (2 440 €).

Ainsi armée, la GTA version « Le Mans » apparaît enfin parfaitement aboutie tant sur le plan esthétique que mécanique. 

Cette série limitée fût produite du 22 février 1990 au 18 mars 1991 à 325 exemplaires.

Actuellement, la GTA « Le Mans » est le modèle le plus cher et le plus recherché. Son prix se négocie rarement en dessous des 25 000€. Une signe que cette Alpine a trouvé enfin une certaine cote d’amour auprès des Alpinistes, un juste retour des choses…

Crédits photos: www.breizh-cars-spotting-team.blogspot.fr

Lorem justo Donec vulputate, mattis massa vel, ut id