Dans la famille Alpine je demande la S. Oui, mais laquelle ?
Alors qu’Alpine présente une évolution de sa nouvelle A110 au Mans affublée d’un S voyons ce que représente cette lettre dans la gamme historique.

Quand on entend A110 et un S le commun des mortel pense à la 1600 S, celle qui a le plus de puissance, la caisse large, les grands phares : l’image d’Epinal d’Alpine.
Les plus pointus verront la 1300S, la version dédiée à la compétition évolution des premières Berlinette Tour de France.
Les Amateurs d’exotisme auront en tête l’A310 S version destiné au marché allemand du packGT qui fera l’objet d’un futur article.
Revenons sur ces modèles qui dominent la gamme Alpine.

La 1300S une voiture de compétition sur la route.

Petits phares, caisse fine le graal pour moi.

L’histoire d’Alpine est dictée par la compétition et l’A110 1100 100 (oui ça fait beaucoup de 1 et de 0 ) montre ses limites. Amédée Gordini à tôt fait d’augmenter la course du moteur de la R8 qui porte son nom. En atteignant 1296 cm3 de cylindrée et 110cv din (autant que la 911T) le gain représente près de 30% . Dotée de deux weber 40, d’un radiateur d’huile et d’une boite 5 en option, la Berlinette devient une machine à gagner. Elle survivra à l’arrivée du moteur « officiel » de Renault, le 1255 cm3 provenant de la nouvelle R8G 1300 et qui sera monté dans l’A110 1300G . Moins puissant et moins pointu il satisfera la grande partie des clients non compétiteurs. En 1970 la 1300S gagne encore en puissance en culminant à 125cv din. Elle est plus que jamais celle qui donna la stature de voiture de rallye à la Berlinette.

1600S : évolution de l’espèce

La 1600S le top des versions civiles.

L’A110 1600 (1600VA) est présentée en 1969. Remplaçant l’éphémère 1500, elle adopte le 4 cylindres de la R16 TS avec une puissance portée à 95CV. Elle inaugure un nouveau style grands phares, caisse large, une étanchéité perfectionnée et une nouvelle usine (voir ici). Elle domine le reste de la gamme par sa cylindrée mais reste en retrait en puissance face au duo 1300S 1300G.
En 1970 comment fait on pour augmenter la puissance?
On rajoute un Carbu. Une fois casé un deuxième Weber 45 sous le capot de la 1600S la puissance atteint celle de la 1300S… mais du millésime précédent, soit 110Cv. Une version plus confortable et quasiment aussi puissante que le modèle qui gagne le weekend, tout en étant plus exploitable, voilà ce qu’est la 1600s.


En parallèle de cette nouveauté Alpine prépare l’avenir avec l’A310 qui révolutionnera le positionnement de la marque. L’A110 va bénéficier en fin de vie des trains roulant de la nouvelle venue en devenant 1600VD (1600SC/SI). Gagnant en stabilité elle écumera les rallyes en version 1800cm3.

L’ajout du S sur une Alpine n’est pas anodin. Il représente une évolution qui chapeaute la gamme, si on fait abstraction des modèles de compétition immatriculables. La nouvelle A110 S (voir la présentation ici )est dans la ligne directe des « S » qui l’ont précédées .